Entrée 1 : Je commence un blog...

Je ne sais pas si quelqu’un va actuellement lire ce blog ou non, une chose est sûre c’est que je ne compte pas en faire la publicité. Même que je rajouterai que ce n’est pas moi qui l’ai voulu, c’est de la faute au livre ! Oui bon… dit comme ça, vous devez ne rien comprendre. Alors, laissez-moi reprendre depuis le début.

 

Je suis enceinte (Yay !) et très très fatiguée (Ooooh !). Autant dire que l’écriture est en pause depuis un bon moment. En fait, si on veut être honnête, même avant la grossesse, je galérais à être productive. Autant j’ai de nouvelles idées d’histoires régulièrement et adore développer des univers, autant quand vient le temps de faire le travail d’écriture : ça bloque. Résultat, je n’écris pas assez, mon fichier “cimetière d’idées de nouvelles” devient de plus en plus gras et je m’en veux.

 

Le pire est qu’étant en chômage partiel depuis le premier confinement, c’est quand même l’opportunité parfaite pour travailler à fond mes projets. Surtout qu’une fois le bébé là, en plus de l’absence d’énergie s’additionnera l’absence de temps. Et puis quand tout ça sera passé, il me faudra bien retourner travailler.  Bref, j’ai beau devoir faire une pause dans le couloir chaque fois que je me lève pour prendre un verre d’eau à la cuisine, je n’ai pas le temps de profiter de ma condition de larve de divan. Si je veux réaliser mon rêve, c’est maintenant ou jamais ! Et puis l’avantage de l’écriture, c’est que c’est un art qui se pratique très bien en pyjama pilou pilou posé sur une tonne d’oreillers.

 

Alors voilà, je veux écrire tout en n’ayant aucune envie d’écrire. J’ai quelques mois à peine pour m’y remettre à fond, ou mon rêve sera perdu à jamais, et j’ai l’énergie d’un vieux matou amateur d’opium… que puis-je faire ? Eh bien, ce que tout artiste en pleine procrastination de son art fait lorsqu’il étouffe sous le poids de sa propre culpabilité : j’ai acheté un livre dans l’espoir de me motiver.

 

 “ Are you actually going to write a book or just talk about it ? An aggressive guide to writing, creativity, and actually getting things done” de Brandon Scott est un tout petit livre d’à peine 115 pages. À peine quelques chapitres entamés, le monsieur m’a donné des devoirs et un de ces devoirs est… roulement de tambour… de tenir un blog.

 

Qu’on soit d’accord, la dernière chose que je pensais faire était d’étaler sur internet que je n’ai aucune idée de ce que je fais en tant qu’écrivaine, voire que je ne suis même pas certaine de mériter ce qualificatif. Et puis en y réfléchissant (traduction : après une longue discussion avec mon mari), j’ai réalisé (il m’a fait réaliser) que c’était en réalité la meilleure façon de désacraliser l’image que je me fais de l’écrivain parfait que je souhaiterais être et d’échapper à mon obsession de devoir tout faire parfaitement.

 

Alors voilà, je lance ce blog sans prétention, presque en espérant qu’il ne sera pas lu, et je me donne rendez-vous tous les vendredis pour poster un compte rendu sur mon cheminement artistique. Les mois sont comptés si je veux réussir, alors souhaitez-moi bonne chance !

 

Les textes présents sur ce site sont la propriété de Mia Lacroix. Toute reproduction, copie, emprunt et diffusion sera sanctionné selon les articles L-111-1 et L111-3 du code de la propriété intellectuelle.

Copyright © 2019 mialacroix

Partager cette histoire

Cet article a 4 commentaires

  1. FUTOMAKI

    Oh oh oh…
    Il sera lu 😉

    1. Mia

      Oups ! Je suis découverte ^^’
      Merci pour ton soutien

  2. Marie Clémence

    Trouvé

  3. Fabrice HENRY

    Je t’ai trouvé !

Répondre à Fabrice HENRY Annuler la réponse

*

code